photo village de Saint-Sulpice d'Arnoult photo village de Saint-Sulpice d'Arnoult photo village de Saint-Sulpice d'Arnoult photo village de Saint-Sulpice d'Arnoult photo village de Saint-Sulpice d'Arnoult photo village de Saint-Sulpice d'Arnoult photo village de Saint-Sulpice d'Arnoult photo village de Saint-Sulpice d'Arnoult photo village de Saint-Sulpice d'Arnoult photo village de Saint-Sulpice d'Arnoult photo village de Saint-Sulpice d'Arnoult photo village de Saint-Sulpice d'Arnoult photo village de Saint-Sulpice d'Arnoult photo village de Saint-Sulpice d'Arnoult photo village de Saint-Sulpice d'Arnoult

Flash INFOS

Accueil en Mairie

Ouverture Mairie :

Téléphone : 05 46 97 02 11

•••
Formulaire de contact
•••

Mairie de SAINT SULPICE D’ARNOULT
7 route de l’école
17250 SAINT SULPICE D’ARNOULT


Pour faciliter vos démarches administratives vous trouverez des formulaires téléchargeables en ligne sur la page "Formalités administratives".

La Commune de Saint-Sulpice-d'Arnoult

blason commune de Saint-Sulpice-d'Arnoult

Données sur Saint-Sulpice-d'Arnoult

Habitants 875
Superficie 16,12 Km²
Altitude entre 11 m et 41 m
Coordonnées GPS 45.8047 , -0.85

Au Xe siècle, ce village dominait le vaste estuaire de l’Arnoult, ‘’Jardin potager de la Saintonge‘’. L’eau s’est retirée et a laissé place à une plaine riche en alluvions, ‘’les mottes‘’. Le Maraîchage, qui y est pratiqué depuis le moyen-âge, s’est véritablement développé au XIXème siècle. L’Arnoult a été canalisé en 1812 .La vallée de l’Arnoult est alors entièrement consacrée aux cultures légumières.


L’église

Si cette église est citée pour la première fois en 1047, l'essentiel du sanctuaire actuel date du XIIe siècle. De cette époque date le portail occidental, de style roman saintongeais. Celui-ci comporte plusieurs voussures ornées notamment d'oiseaux et de grappes de raisin. De part et d'autre du portail, deux sculptures représentant des lions dévorant des damnés qui y sont représentés : ce type de représentations se retrouve dans plusieurs églises voisines, telles celles de Nieul-lès-Saintes ou La Clisse. La partie supérieure de la façade, percée d'une baie, est dépourvue de toute ornementation. Au XIIIe siècle ou XIVe siècle, l'église est reprise dans le style gothique : de cette époque datent le clocher octogonal ainsi que la chapelle sud du transept, qui est venue remplacer l'absidiole originelle. Au XVIIe siècle, de nouvelles modifications ont été apportées à la structure de l'édifice, notamment par la reconstruction de l'abside et d'une partie du croisillon nord.

L'édifice actuel forme un plan en croix latine, comportant une nef de quatre travées, voûtée en berceau et éclairée par une série d'ouvertures : quatre baies romanes et deux gothiques, qui datent du XVIIe siècle. À la croisée du transept, sur le mur sud, un contrefort intérieur fort inhabituel fut édifié au XIIIe siècle afin de renforcer le nouveau clocher. Celui-ci, établi à la croisée du transept, passe d'une base quadrangulaire à une structure octogonale, percé à l'origine de huit ouvertures gothiques dont trois ont été bouchées ultérieurement.

Le croisillon nord est prolongé d'une absidiole reprise au XVIIe siècle, tandis que le croisillon sud fut totalement remanié au XIIIe siècle. Entièrement voûté d'ogives, il se prolonge d'une chapelle de deux travées se terminant par un mur percé d'une fenêtre à remplage de style gothique. Sous le croisillon se trouvent les restes d'une crypte semi-enterrée datant probablement du XIIe siècle. Une trappe ouvre encore sur ce qu'il en reste, mais toute sa partie supérieure a été arasée. Enfin, le chœur, qui forme une travée, se prolonge par une abside éclairée de deux baies ogivales. À l'entrée du chœur se trouvent plusieurs chapiteaux du XIIe siècle.

L'église Saint-Sulpice est classée monument historique depuis 1924.


Tour de l'Isleau

Tour de l'Isleau

Autrefois appelé « Tour de l'Islot », ce vestige féodal datant du XIIe siècle est tout ce qu'il reste d'un ancien château-fort, dont la construction est attribuée à Henri III Plantagenêt, duc d'Aquitaine et comte de Poitou. Le premier seigneur connu avec certitude apparaît dans un aveu rendu en 1368: il s'agit de Pont de Vivonne, chevalier, « Tesmoing de vérité » sous le scel de sa « chastellerie de Lileau près de Pontlabay ».

Au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, le domaine devint la propriété des barons de la Chaume. Transformé en exploitation agricole au cours du XIXe siècle, l'ensemble est à demi ruiné et envahi par les herbes folles lorsqu'il est racheté par ses actuels propriétaires. Ceux-ci ont entrepris la restauration de l'ensemble en 1974, et ont obtenu le prix de l'Académie de Saintonge en 2003, en récompense de leurs efforts. Propriété privée, il est toutefois impossible de le visiter à l'heure actuelle.

Le donjon, de forme quadrangulaire, mesurait autrefois plus de trente mètres. Il forme actuellement un ensemble de 17 mètres de haut sur 11 mètres de côté. Sa structure l'apparente aux constructions anglaises primitives : il est encore possible de distinguer la base des quatre tours d'angle qui se dressaient autrefois au-dessus de la terrasse, elle-même protégée de créneaux, aujourd'hui disparus.

Conformément à la tradition médiévale, une porte ouvre directement sur le premier étage, afin de renforcer la protection des occupants. Celle-ci était uniquement accessible par une échelle. Le donjon était autrefois entouré d'une enceinte quadrangulaire, flanquée de tours d'angle. Elle était encore présente au début du XIXe siècle. À proximité subsistent les restes d'une modeste chapelle, vestiges d'un village disparu qui entourait l'édifice, dominant la plaine de l'Arnoult.

Le donjon a été inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques par arrêté du 14 mai 1925.


Logis de Montfabien

Ce logis, dont les origines ne semblent pas antérieures au XVIIIe siècle, fut la propriété de la famille Baron à la veille de la révolution. Il se compose d'un corps de logis rectangulaire établi sur deux niveaux, précédé d'une terrasse avec balustrade et escalier à volée unique. La façade du bâtiment, très sobre, est percée d'une porte surmontée d'un fronton triangulaire de tradition classique. De part et d'autre de la porte d'entrée se trouvent deux niches ornées de coquilles.


Les Cours d'eau

La commune contient environ 4,7 km de cours d'eau, comprenant principalement :